kagurazaka

Si durant votre séjour à Tokyo, vous ressentez le mal du pays, j’ai un remède miracle pour vous qui s’appelle “Kagurazaka”. C’est le nom du “quartier français” de Tokyo, qui abrite beaucoup de restaurants français authentiques. Après l’installation du premier lycée Français en 1967 (qui a déménagé dans des locaux beaucoup plus grands), suivi peu de temps plus tard par l’Institut Français, les Français expatriés, les francophones et les francophiles ont commencé à fréquenter ce quartier.

À l’époque d’Édo(1603-1868), situé au nord du château d’Édo, le quartier abritait la résidence d’un grand seigneur de la dynastie Tokugawa. Au 18ème siècle, le temple “Bishamonten Zenkoku-ji”, fondé par le premier shogun, TOKUGAWA Ieyasu, a été transféré dans ce quartier qui est tout de suite devenu le lieu de rendez-vous des visiteurs de ce temple.
Il était également un endroit populaire où s’étaient installées (et où travaillent encore) des geishas.

Autour de la rue principale “Kagurazaka dori” (“dori” signifiant “rue”), vous trouverez des ruelles bordées de restaurants japonais chics, de bistrots français, de boutiques branchées, et des ryôteis (restaurants traditionnels où on peut admirer des geishas exercer leurs talents : chant, danse etc.).
Des temples bouddhistes et des sanctuaires shintos centenaires sont également présents dans ce quartier.

durée environ 3 heures
itinéraire promenade dans le quartier : – la rue Kagurazaka (1), – le temple Bishamonten (2), – les ruelles de Geisha Shinmichi (3), de Kakurenbo Yokocho (4), de Honda Yokosho, de Hyogo Yokocho (5), – Kenban (la maison des geishas) (6), – les sanctuaires shintos Akagi Jinja (7) et Wakamiya Hachiman
(1) Kagurazaka-dori, rue piétonnière à certaines heures
(2) Le temple Bishamonten
(3) Geisha-Shinmichi, ruelle que les geishas empruntaient.

(4) Kakurenbo-yokocho, littéralement “ruelle de cache-cache”
(5) Hyogo-yokocho, ruelle dans laquelle se trouvent des auberges et des restaurants.
Un bistrot typiquement japonais caché dans une ruelle.
(6) La maison des Geisha ( immeuble à gauche)
Un bain public
(7) Le sanctuaie Akagi. Son bâtiment moderne a été conçu par l’architecte KUMA Kengo.
Même à Tokyo, on en trouve !